Communiqués de presse
15/03/2011
Une enquête majeure montre que les consommateurs français
Télécharger l'image

s'inquiètent de la menace présentée par des briquets dangereux. 

 

BIC, leader dans la production d’articles de papeterie, de briquets et de rasoirs, ainsi que l’agence indépendante de sondage APCO Insight publient aujourd’hui un nouveau sondage qui montre que 85% des Français s’inquiètent de l’information selon laquelle des briquets de poche capables de tuer ou de blesser grièvement sont disponibles à la vente à travers le pays.

 

Selon des chiffres de la Commission européenne, chaque année en Europe, 40 personnes sont tuées et 1900 sont blessées, dont la majorité sont des enfants, suite à des accidents provoqués par des briquets. Par ailleurs, presque 75% des modèles de briquets testés par PROSAFE ne sont pas conformes aux normes de sécurité, bien qu’une décision d’urgence de la Commission européenne interdise la mise sur le marché de briquets non conformes. La grande majorité sont des modèles importés.

Par rapport à d’autres Européens, les Français interrogés avaient une bonne connaissance du problème (une personne sur quatre en avait entendu parler). Une fois informés des risques, 60% ont déclaré que la situation actuelle était tout à fait inacceptable. De plus, 96% était d’accord sur le fait que les briquets de poche disponibles à la vente dans l’Union européenne doivent respecter les normes de sécurité. Parmi ceux qui avaient déjà vécu un accident avec un briquet, 77% ont précisé que le briquet s’était désintégré ou avait explosé lors d’une chute, ce qui a pu provoquer une boule de feu large d’un mètre.

 

Stephen Russell, Secrétaire Général de l’ANEC, l’Association Européenne pour la Coordination de la Représentation des Consommateurs dans la Normalisation, déclare : « Des briquets potentiellement dangereux tombent encore entre les mains des consommateurs. L’ANEC demande la création d’un cadre européen pour s’assurer d’une meilleure coordination dans la surveillance des marchés parmi tous les États membres. D’ici là, nous demandons aux revendeurs et distributeurs d’exercer une vigilance toute particulière et de vérifier les produits qu’ils proposent à la vente ».

 

Le sondage révèle aussi d’autres surprises. Plus de la moitié des Français interrogés pensent que jusqu’à 50% des produits importés et vendus en Europe sont vérifiés dans les ports d’entrée. Or selon des sources proches des autorités, moins de 1% des produits non alimentaires sont en réalité vérifiés au moment de leur entrée sur le marché européen.

 

Le sondage intervient après la Décision de la Commission européenne de donner dix semaines à l’Autorité de surveillance des denrées et marchandises (VWA) aux Pays-Bas pour expliquer sa position sur la surveillance des briquets potentiellement dangereux importés depuis le port de Rotterdam, suite à une plainte déposée par BIC.

 

François Clément-Grandcourt, Directeur général adjoint catégorie briquets BIC, précise : « En Amérique du Nord, à partir du moment où la réglementation a été correctement appliquée, les blessures d’enfants ont été réduites de 60%. Cela signifie que nous avons une obligation morale de retirer les briquets dangereux de nos marchés ».

 

Phil Riggins, Directeur de APCO Insight, ajoute : « Ces chiffres montrent une inquiétude profonde et largement répandue parmi les consommateurs en France à la fois sur ces problématiques et sur le manque d’actions mises en œuvre pour combattre ce risque connu d’atteinte à la santé publique, surtout des enfants ».

 

Des informations complémentaires dans le Communiqué de presse à télécharger (icône PDF en haut à droite).